• Bandeau Investisseurs

Transformation des BSA, sites de production, erreur de publication, SIEMENS VDO, pacte d'actionnaires

  • Question du 08 juillet 2007
  • Bonjour,

    Une dernière série de questions avant de partir en vacances :

    Les bons en cours risquent fort de ne pas être souscrits avant l'échéance de novembre ; les besoins de la société sont-ils tels qu'une augmentation de capital soit envisagée ; est-ce qu'une telle hypothèse a été prévue et votée par les dernières AG ?

    La presse locale trouvée sur internet a fait état il y a quelques semaines d'une grève du personnel ; le conflit s'est-il terminé dans de bonnes conditions ? Votre établissement en Tunisie est-il un lieu de délocalisation de la production ? Appelé à s'amplifier ?

    et pour finir encore quelques questions "bêtes" :

    Pourquoi et comment l’erreur de chiffes du 3éme trimestre 2006 de a-t-elle pu être commise ; les mesures prises garantissent-elles contre tout renouvellement ? Comment comprendre qu’une différence de 5M€ n’ait sauté aux yeux de personnes ?

    Quel impact aurait la cession de SIEMENS VDO, s'il y en avait un ?

    Quel effet potentiel pourrait avoir la fin du pacte d’actionnaires ?

    NB : je comprendrais bien que vous ne puissiez pas répondre à de telles questions.

    Merci, bien cordialement et bon chiffre d'affaires pour le second trimestre... et les suivants !

  • Réponse de la direction du 10 juillet 2007
  • Monsieur,

    Pour plus de lisibilité, nous allons reprendre chaque question point par point.

    1) "Les bons en cours risquent fort de ne pas être souscrits avant l'échéance de novembre ; les besoins de la société sont-ils tels qu'une augmentation de capital soit envisagée ; est-ce qu'une telle hypothèse a été prévue et votée par les dernières AG ?"

    Lors de la dernière Assemblée Générale, dont le procés verbal est disponible sur notre site internet, le sujet d'une augmentation de capital n'a pas été voté, ni prévu. La question de la transformation des BSA a été effectivement abordée.

    Toutefois, ce n'est pas l'entreprise qui fera la transformation, mais les détenteurs de BSA. Seul le travail de fond que ACTIELEC opère depuis de nombreux mois sur l'amélioration de sa rentabilité peut se traduire dans le cours de l'action et donc dans la confiance des actionnaires.

    La situation financière serait améliorée avec la transformation des BSA, certes, mais le Conseil de Surveillance, comme le Directoire, n'ont pas jugé opportun de prévoir une augmentation de capital s'il n'y a pas la transformation des BSA; grâce aux progrès réalisés, nous avons suffisamment de temps pour y réfléchir. De plus, le cours de l'action étant bas, ce n'est peut-être pas le meilleur moment, pour l'entreprise, de faire appel au marché.

    2) "La presse locale trouvée sur internet a fait état il y a quelques semaines d'une grève du personnel ; le conflit s'est-il terminé dans de bonnes conditions ? Votre établissement en Tunisie est-il un lieu de délocalisation de la production ? Appelé à s'amplifier ?"

    Effectivement, nous avons eu, fin mars, un mouvement de grève sur le site de production de ACTIA (Toulouse) concernant les augmentations de salaire 2007. Un accord avait été signé au début du mois de mars avec certains partenaires sociaux, sans qu'il ait été dénoncé dans les délais légaux par les autres.

    A l'issue de ce mouvement de faible durée, certains ajustements ont été opérés sur la répartition de l'augmentation et non son volume. Etait également soulevé l'emploi de quelques intérimaires présents sur notre site depuis plusieurs mois: sept personnes se sont vues proposer un CDI.

    Dès la fin de la première semaine du mois d'avril, tout est rentré dans l'ordre. Globalement, le conflit n'a que très peu impacté le niveau d'activité du mois de mars, comme a pu le montrer la publication du CA du 1° trimestre, et n'a modifié que la répartition de la hausse de la masse salariale, pas son volume.

    Le site Tunisien, dans le Groupe depuis 1997, est spécialisé dans les productions moyennes et grandes séries et la rentabilité de notre branche "Services" est assurée par le bi-pôle Toulouse-Tunis, objet de la réorganisation opérée entre 2002 et 2005. L'évolution de nos sites sera liée à l'évolution des ventes selon leur catégorie : les petites séries en France, les moyennes et grandes séries en Tunisie.

    3) "Pourquoi et comment l’erreur de chiffes du 3éme trimestre 2006 a-t-elle pu être commise; les mesures prises garantissent-elles contre tout renouvellement ? Comment comprendre qu’une différence de 5M€ n’ait sauté aux yeux de personnes ?"

    L'erreur dans la publication de notre chiffre d'affaires du 3°trimestre 2006 est liée à la procédure que nous utilisions, afin de pouvoir publier le plus rapidement possible notre niveau d'activité.

    En effet, pour le chiffre d'affaires nous collections manuellement les données auprès de nos filiales (plus de 20) que nous intégrions dans un tableur, et après élimination des intra-groupes, nous procédions à la publication.

    En novembre 2006, lors de la saisie du CA d'une de nos filiales, nous avons fait une erreur matérielle, qui a entrainé l'écart de 5 millions d'euros. Nous n'avons pas été alarmés par ce chiffre, car notre filiale nous remontait chaque semaine de très bons résultats, notamment pour le mois d'octobre. Dans ce contexte de très forte activité, pour tout le Groupe, après les mois d'attente de démarrage des nouveaux produits, nous n'avons pas été suffisamment critiques, notamment car les dernières informations étaient présentes à notre esprit mais encore sans incidence sur le 3°trimestre, objet de la publication.

    Aujourd'hui, pour ne pas reproduire ce type d'erreur, nous attendons d'avoir remonté également les informations via le processus comptable de consolidation et nous rapprochons les deux sources d'informations indépendantes. Nous automatissons également certaines opérations.

    4) "Quel impact aurait la cession de SIEMENS VDO, s'il y en avait un ?"

    Nous ne pensons pas qu'il y ait un impact, le changement d'actionnaire ne modifiant pas la position forte de SIEMENS VDO sur ses marchés.

    5) "Quel effet potentiel pourrait avoir la fin du pacte d’actionnaires ?"

    Le pacte d'actionnaires est aujourd'hui constitué des familles PECH et CALMELS, fondateurs du Groupe (1986), d'un côté, et de la société SIDMIA International, ayant participé à la 1° augmentation de capital en décembre 1986, de l'autre, chacun étant membre du Conseil de Surveillance.

    Il nous est difficile de répondre à votre question, du fait des vingt années qui lient ces actionnaires et qu'il s'agit de leur propre stratégie. Cependant nous ne pouvons que constater que les familles PECH et CALMELS garderaient le contrôle du Groupe dépassant les 53,6% des droits de vote (contre 59,3% dans le cadre du pacte) si le pacte venait à être dénoncé.

    Nous vous prions de noter que notre service prendra ses congés au mois d'août ce qui pourra entrainer un plus grand délai pour la réponse à d'éventuelles questions à votre retour.

    En vous souhaitant de bonnes vacances.

    Catherine MALLET
    Directrice Financière