• Bandeau Investisseurs

Cession de la Branche Télécommunications

  • Question du 17 septembre 2007
  • Depuis 2005 et jusqu'à ce jour la division "télécommunications" contribue de façon très modeste (quand ce n'est pas négativement...) aux résultats du groupe; que peut-on espérer comme amélioration dans les années à venir ?

    Ne vaudrait-il pas mieux céder cette branche peu fructifère et contribuer à une réduction de la dette qui reste lourde et impacte fortement les résultats ? Le site internet de Sodielec est annoncé en cours de mise à jour depuis de nombreuses semaines : là aussi quelles perspectives ?

    Merci encore de toutes vos réponses et avec mes meilleures salutations.

    PS : à propos d'améliorations de la "faq" une date à côté du titre permettrait de repérer rapidement les nouvelles réponses ; les informations sur le conseil de surveillance sont annoncées pour bientôt depuis déjà un peu longtemps : ce ne devrait pas être une lourde opération de mise à jour.

  • Réponse de la direction du 18 septembre 2007
  • Le poids de la Business Unit Stations Terriennes au sein de la branche Télécommunications ne permet pas de faire une analyse annuelle de la rentabilité de la branche.

    En effet, les contrats militaires, notamment avec la DGA, sont des programmes pluriannuels, pouvant aller jusqu'à 15 ans avec :

    La phase "étude": de 18 mois à 3 ans ;

    La phase "livraison": de 3 à 5 ans ;

    La phase "maintien en condition opérationnelle" : de 8 à 10 ans, cette dernière phase démarrant à la livraison de la première station.

    De 2005 à 2007, nous sommes dans la phase dite "étude", une partie des travaux sont refacturés, mais il n'y a pas un niveau de facturation élevé comme dans les phases de livraison (cf les exercices 2002 à 2004, sur le précédent contrat), qui contribue fortement à la rentabilité de la branche. Les autres Business Unit ne facturant que faiblement les développements R&D, il faut attendre la sortie des nouveaux produits, dans lesquels le coût de la R&D est inclus, pour voir les marges de la branche revenir aux niveaux des années 2002-2004. Le meilleur est donc devant nous.

    Il a été envisagé la cession de la branche Télécommunications, notamment en 2003-2004, au moment où la stratégie moyen terme du Groupe a été redéfinie. Des négociations ont même eu lieu, mais la branche présentant un business plan annonçant une baisse de l'activité à court terme liée aux marchés militaires, la valorisation qui nous en était proposée ne correspondait pas à nos attentes.

    Dans tous les cas, notre filiale est une structure industrielle avec des cycles d'exploitation plus longs que la moyenne. Nous en connaissons sa valeur tant sur le plan technologique qu'industriel et il n'est donc pas question de précipiter sa vente pour un prix trop faible, même si cela doit impacter directement le niveau de notre dette. Nous valoriserons notre investissement à ce que nous considérons être sa juste valeur.

    En terme de communication, le site internet de SODIELEC est effectivement suspendu depuis plusieurs semaines, dans un premier temps car il n'avait pas été mis à jour depuis de nombreux mois et dans un deuxième temps, car nous avons décidé une refonte complète, comme cela a été fait sur le site de ACTIA et de ACTIELEC, mais comme nous le gérons en interne, ça prend un peu de temps.

    Pour la mise à jour du Conseil de Surveillance, il nous manque quelques dernières informations de nos membres "extérieurs". A réception de leurs réponses, nous mettrons en ligne cette rubrique.

    Catherine MALLET
    Directrice Financière